Contactez-nous
Send

Herez Israel

Peer to Peer Lending : relier les investisseurs aux entreprises israéliennes

Une nouvelle opportunité offre aux épargnants la possibilité d’investir en shekel dans l’économie israélienne. Be The Bank, une fintech en plein essor en Israël de financement participatif, ou peer to peer lending, permet aux investisseurs de participer directement au développement d’entreprises et entrepreneurs.

Le financement participatif, une alternative aux banques

Les placements classiques ne correspondent plus totalement aux exigences des investisseurs, tant en matière de rendement que d’impact. Ces derniers font part d’une volonté de plus en plus marquée de donner du sens à leur épargne.

Pourtant, cette dernière continue d’abonder en cette période de crise. Depuis le premier confinement (mi-mars 2020) jusqu’à fin mars 2021, la Banque de France estime à 142 milliards d’euros l’épargne des Français. Rien qu’en avril 2021, près de 3,8 milliards d’euros ont été collectés sur les livrets A et LDDS, d’après la Caisse des Dépôts.

Faire le choix de sécuriser son patrimoine face à un avenir incertain rassure les investisseurs. Nombreux sont ceux qui préfèrent, à l’inverse, participer activement à l’économie réelle. Ils s’orientent ainsi vers de nouvelles classes d’actifs, et notamment les plateformes de financement participatif, qui ont connu un grand succès.

Ce mode alternatif de financement consiste, selon le Centre de documentation Économie Finances, en « un échange de fonds entre individus en dehors des circuits financiers institutionnels, afin de financer un projet via une plateforme en ligne ». Il s’agit d’intermédiaires, de porteurs de projets organisant des levées de fonds. Ulule ou Leetchi en sont des exemples.

En France, de telles plateformes ont collecté 1,02 milliard d’euros en 2020, en croissance de 62% par rapport à l’année précédente, d’après le baromètre de référence du financement alternatif en France publié récemment par Mazars et l’association Financement Participatif France (FPF). Trois types de crowdfunding (littéralement « financement par la foule » en anglais) existent. Tout d’abord le don, l’investissement en capital (crowdequity) et enfin le prêt participatif (crowdlending ou peer to peer lending).

Ce dernier consiste à lever des fonds qui sont par la suite distribués à des personnes physiques ou morales, contre remboursement du capital avec intérêts. Le taux d’intérêt (« interest rates ») peut varier notamment en fonction de la réussite du projet. En Europe, le leader dans le domaine du peer to peer (P2P) lending est Mintos.

Le P2P lending élargit le champ des opportunités. Cette nouvelle classe d’actifs permet en effet à des particuliers de financer des projets d’avenir.

C’est ce que propose une plateforme Peer to Peer pionnière en Israël. Celle-ci permet de connecter les investisseurs à des entreprises israéliennes ayant une activité depuis au moins deux ans et souhaitant la développer.

Baptisée Be The Bank, cette plateforme de financement a été fondée en 2014 par d’anciens hauts responsables de principales banques israéliennes (Discount, Leumi). Elle est aujourd’hui régulée par l’autorité de la Bourse et des Assurances, dans le cadre de la loi d’Inspection des Services Financiers.

Be The Bank, ou participer au développement de l’activité économique en Israël

Durant la crise sanitaire, l’activité économique mondiale a été soumise à rude épreuve. Les entreprises en ressentent encore aujourd’hui les effets. On ne compte plus les entreprises qui ont, fatalement, connu de grosses difficultés financières jusqu’à faire faillite.

Israël fait figure d’exception. La Terre promise peut se targuer d’avoir mené de main de maître sa campagne de vaccination. Limitant l’arrêt de l’activité économique particulièrement dans le domaine de la tech, cette vaccination quasi militaire lui a valu un rapide redressement économique.

Les prévisions économiques sont de plus très optimistes. Lors d’une conférence de presse début mai, le gouverneur de la Banque d’Israël Amir Yaron a déclaré que la croissance fin 2022 ne devrait être inférieure que de 1,4 % à son niveau d’avant-crise. Il reste ainsi au pays d’Abraham plus d’un an pour effacer quasiment l’impact du coronavirus sur son niveau de PIB.

L’activité économique rattrape donc son retard. Et les PME israéliennes ont d’autant plus besoin de financement, faute de fonds propres suffisants. Elles s’adressent principalement aux banques, mais il peut également être intéressant pour elles de se tourner vers des plateformes de peer-to-peer lending. Ces intermédiaires en financement participatif sont intéressantes car, en faisant appel à l’épargne privée, elles augmentent de cette façon leur capacité de financement.

Il est cependant essentiel de faire face aux risques de défaillance des entreprises emprunteuses.

C’est pourquoi la plateforme Be The Bank opère une sélection scrupuleuse parmi ces PME fondées avant la crise sanitaire. Elles sont passées au peigne fin ; analysées puis filtrées par une commission de crédit. Be The Bank peut compter sur ses fondateurs, d’importants acteurs issus du milieu bancaire israélien, pour évaluer finement les risques des entreprises inscrites sur cette plateforme de peer-to-peer lending, tant sur le plan privé que le plan professionnel.

Ces dernières doivent ainsi remplir de nombreux critères afin de pouvoir bénéficier d’un tel prêt. Pour certaines, un garant est obligatoire. À ce jour, sur BTB, seul 9 % des entreprises inscrites a eu le privilège d’être référencé.

Les sommes investies par les épargnants seront destinées à des PME, tous secteurs confondus. Ce qui favorisera alors le développement de l’activité de ces entreprises israéliennes.

Cette nouvelle solution d’épargne en NIS permet aux investisseurs de prêter des fonds simultanément à plusieurs entreprises inscrites, de manière plafonnée. Cet investissement moyen terme procurera des coupons bruts de 6,5 %(moyenne annuelle). Ces derniers sont versés tous les mois. Il est de plus possible de capitaliser les intérêts.

Au premier trimestre 2021, la plateforme comptait plus de 1000 entreprises et 5000 épargnants. Le montant investi s’élevait quant à lui à plus de 800 millions de shekel (environ 200 millions d’euros).

Pallier le défaut de paiement des entreprises en P2P 

Puisqu’il s’agit d’une dette privée, le risque de défaut de paiement est plus élevé. Il peut donc arriver que des entreprises n’arrivent pas à tenir leurs engagements. Pour y faire face, plusieurs mécanismes de protection sont mis en place.

Tout d’abord, une caisse de caution mutuelle, à laquelle les investisseurs participent, est prévue. Cette caisse a pour but de payer le capital avec un taux d’intérêt si une telle situation venait à se présenter. Elle a, depuis sa création, pu y pallier, malgré un taux de défaut historique de 2,59 %.

Ensuite, la totalité du capital investi n’est jamais placée sur une seule entreprise. Les sommes déposées sont réparties de façon automatique sur plusieurs centaines de prêts. Elles ne dépasseront pas 2 % par entreprise. Cette diversification permet ainsi de diluer le risque.

Une défense juridique peut enfin s’enclencher par la plateforme contre l’entreprise dans un tel cas.

Pour une meilleure garantie des remboursements, une option dite Gold assure un capital investi totalement garanti par des biens immobiliers hypothéqués ainsi que des garants.

À qui s’adresse le peer-to-peer ?

Ce type de financement participatif s’adresse aux épargnants souhaitant diversifier leur patrimoine à travers un placement liquide, au rendement intéressant, stable et régulier. Il peut s’agir également de particuliers désireux de préparer leur retraite grâce à des revenus complémentaires, obtenus sur la durée. Enfin, ce placement ne demande aucun souci de gestion.

Vous souhaitez être contacté :

Ê T R E - R A P P E L É ?

H O R A I R E    D ' A P P E L

Forum Gestion de Patrimoine par Herez Israël

Laisser un commentaire

sept + cinq =