HEREZ ISRAËL

INVESTIR EN ISRAËL AUX CÔTÉS DES MEILLEURS EXPERTS

Que ce soit dans des actions de sociétés, de l’épargne assurantielle ou de l’immobilier, les possibilités d’investissements en Israël sont vastes. On y trouve un système d’investissement libéral, et la majorité des activités sont ouvertes aussi bien aux investisseurs nationaux qu’étrangers. Il convient d’envisager les différents modes d’investissement dans cet environnement porteur.

01.

Investir dans des entreprises israéliennes.

Les entreprises israéliennes, notamment dans la haute technologie et les start-ups, attirent de plus en plus d’investisseurs internationaux du fait de leurs performances.

Le TA-125, indice boursier qui regroupe les 125 sociétés dont les capitalisations sont les plus élevées à la bourse de Tel Aviv, a augmenté de près de 10% en un an (dec. 2017 – dec. 2018). Il a surperformé ses homologues européens et américains ; l’EURO STOXX 5O a vu une baisse de 12% et le S&P 500, une hausse de 1% dans le même temps.

Les opportunités d’investissements sont larges. Il est possible d’acheter des actions de multinationales telles Teva, Elbit Systems ou Sodastream mais aussi d’investir dans des start-ups ou d’autres sociétés non cotées dont le potentiel d’évolution est bien plus élevé.

Il existe également des fonds équivalents aux OPCVM françaises qui peuvent être achetés au moyen d’un compte-titres israélien. Cependant, les risques inhérents à ce type d’investissements nécessitent de faire appel à un professionnel qui en maitrise tous les rouages.

L’imposition sur la plus-value d’un placement financier présent dans un compte-titres israélien  s’élève à 25%. Pour un Olé Hadash, tout revenu provenant de l’étranger est exonéré d’impôt pendant dix ans ; les titres étrangers ne seront pas soumis à l’imposition sur la plus-value dans ce cas.

02.

L’assurance épargne.

En Europe, et tout particulièrement en France, il peut être plus avantageux de gérer tout ou partie de son capital au moyen de l’assurances vie. En Israël, ce schéma existe aussi mais les critères de choix des supports de placements sont différents.

Contrat assurance épargne

Les contrats d’assurance épargne israéliens constituent une alternative à la gestion bancaire avec une fiscalité identique. Ils ont une attractivité particulière auprès des investisseurs désireux de réduire les risques au sein de leurs placements tout en assurant un niveau de performance convenable.

Ce type d’épargne permets de diversifier les investissements dans l’économie israélienne ; toutes les classes d’actifs nécessaires à la construction d’une allocation diversifiée s’y retrouvent selon le niveau de risque souhaité.

La fiscalité de ce type d’investissement est similaire à celle d’un compte-titres israélien. L’imposition sur la plus-value s’élève à 25% au moment du rachat.

03.

Investir dans l’immobilier en Israël.

Valeur refuge par excellence, l’investissement immobilier reste incontournable. Depuis 15 ans, les prix sont en hausse en Israël. Tout particulièrement à Tel Aviv où les biens ont vu une augmentation proche de 100%.

Il y a la possibilité d’acquérir des biens en VEFA (Vente en état futur d’achèvement). Le promoteur a besoin de liquidités pour poursuivre la construction et l’acheteur qui a pour contrainte de recevoir l’appartement à une date future l’achètera à moindres coûts. Acheter des biens immobiliers dans un immeuble éligible au Tama 38 est une alternative qui permettra de profiter d’une importante plus-value.

Cadre d’acquisition

Dans le cadre d’une acquisition de bien immobilier en Israël (résidence, bureau, terrain), des taxes au moment de l’achat sont appliquées :

  • Lors de l’achat d’une résidence, les taux applicables pour les droits de mutation à l’achat varient de 0% à 10%. Ce taux dépendra du prix du bien immobilier, du nombre d’appartements que l’acheteur a acheté en Israël, s’il est résident israélien ou non par exemple. En effet, la taxation sera plus sévère d’une part pour les résidents étrangers et d’autre part pour les israéliens faisant l’acquisition d’un deuxième bien.
  • En ce qui concerne l’achat d’un bureau ou d’un terrain, l’acheteur sera taxé à hauteur de 6%.
  • Dans le cadre d’un investissement locatif, il faut prendre en compte l’imposition sur les revenus fonciers.
  • Dans le cas général au moment de la revente du bien, la plus-value à la revente d’une propriété immobilière effectuée par un particulier est de 25%.
  • S’il s’agit de la résidence principale d’un résident fiscal israélien, l’impôt est exonéré.

Pour un profil d’acheteur plus professionnel et axé sur l’investissement, la possibilité de participer à des club deals existe ; ceux-ci proposent de financer des projets immobiliers au côté de promoteurs et assurent des rendements élevés dans des localisations à fort potentiel avec des conditions fiscales optimisées.

Investir dans l'économie israélienne
investissement start up à Tel Aviv
Achat de bien immobilier en Israël

Quels que soient les risques et les contraintes administratives, les investissements qui assurent un haut rendement sont nombreux et le maitre mot reste la diversification de la sélection.

La complexité des montages fait que le recours à un professionnel est indispensable avant de se lancer dans quelconque démarche.

Herez Israël est spécialisée dans l’identification des opportunités d’investissement et élabore des stratégies sur mesure pour ses clients en fonction de leur situation et de leurs objectifs.

N’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier d’une étude personnalisée de vos besoins.